Cours de gravure pour adultes

 

J’enseigne la gravure aux adultes depuis une dizaine d’années dans mon atelier et dans des écoles d’art comme l’Ecole Nationale du Paysage de Versailles ou l ‘Académie Grande-Terre à Paris, j’ai également eu l’occasion d’enseigner la gravure aux enfants. J’ai appri la gravure sur le tas dans un atelier professionnel fréquentés par des artistes: l’atelier PASNIC à Paris. Je propose tout au long de l’année des cours de gravures sur bois, cuivre, plexiglass avec carborundum, et des stages à thèmes.

cours de gravure 78 Versailles

stage de gravure sur bois atelier Cécile Orsoni Versailles

cours de de gravure Versailles 78

Stage de monotype à Bastia centre culturel Una Volta, janvier 2017. Croquis en noir et blanc le matin.

cours de gravure 78 Versailles cours et stage de gravure Versailles Bastiacours et stage de gravure Versailles78

cours et stage de gravure Versailles 78 cours de gravure Versailles 78 cours et stage de gravure Versailles Bastia    cours  de gravure Versailles 78 cours et stage de gravure Versailles BastiaQu’est-ce que la gravure ?

Je suis toujours surprise de voir que beaucoup ignorent cette technique ancestrale. La gravure a été le premier procédé de reproduction d’images avant l’imprimerie et la photographie. Les plus anciennes gravures ont été découvertes en Egypte vers 500 avant Jésus-Christ. Aujourd’hui la gravure est un médium expression artistique à part entière, elle n’a plus pour fonction la reproduction d’images mais les artistes plasticiens l’utilisent pour ses qualités plastiques qui dépendent de la matrice utilisée, du papier, des outils, de l’encre.

Les artistes peintres qui aiment le papier et le noir et blanc font de la gravure. La gravure permet d’obtenir de tres beaux noirs et blancs, elle est vraiment intéresante pour le travail de la lumière mais on peut aussi imprimer en couleur. D’autre part, on peut imprimer une gravure en plusieurs exemplaires, contrairement à la peinture . C’est pourquoi elle coûte un peu moins cher qu’une peinture sur toile. Néanmoins, chaque tirage reste unique et c’est donc un très bon moyen d’acquérir une belle collection pour l’amateur d’art peu fortuné. Le monotype et un exemplaire unique car comme son nom l’indique, il est imprimé en un seul exemplaire.

 

La technique de la gravure

La gravure est un procédé d’estampe; c’est-à-dire qu’on imprime un dessin sur une feuille de papier en pressant la feuille contre la matrice. La matrice peut-être en bois, cuivre, plexiglas, linoléum, pierre. L’artiste y grave  (ou sculpte) un dessin à l’aide d’outils appropriés, ensuite il encre la plaque (la matrice) puis il imprime le dessin sur une feuille de papier à l’aide d’une presse. On peut également imprimer à la main. Dans ce cas on dessine sur la matrice, on pose la feuille sur elle et puis on imprime avec le dos de la main en frottant.

Le papier utilisé pour la gravure est en coton mais on peut bien sûr imprimer sur toutes sortes de supports comme des tissus. Le papier spécialisé pour la gravure comme le papier « arche » est un papier sans acide qui ne jaunit pas, il est très stable dans le temps. Pour preuve nous avons encore des gravures sur bois du Moyen Âge. L‘encre utilisée pour encrer la plaque est en général une encre grasse, à base d’ huile, elle est également d’excellente qualité et permet une longue conservation. Les graveurs traditionnels japonais impriment eux avec une encre à l’eau qui ressemble à de l’aquarelle

Pour ma part j’aime beaucoup la gravure sur bois car elle permet de tenir des contrastes très forts de noir et blanc et la matière du bois donne une certaine chaleur aux noirs obtenus.

La gravure sur cuivre à la pointe sèche ou à l’eau forte (acide) permet d’obtenir des gris très nuancées et très doux. Tout dépend du rendu que l’artiste souhaite obtenir.La lithographie est une technique de dessin avec un crayon gras sur une pierre, elle permet d’imprimer de nombreux exemplaires La gravure sur plexiglass permet elle aussi d’obtenir des gris tres intéressants ; si on y ajoute du carborundum ; on aura une matière granuleuse très riche et des noirs puissants( vous pouvez aller voir mes gravures dans « œuvres » si vous voulez avoir un aperçu des différents techniques.)

Chaque exemplaire imprimé doit être numéroté et signé, c’est ce qui fait la valeur d’une gravure. Une gravure tirée en 100 exemplaires aura moins de valeur qu’une gravure tirée en 8 exemplaires. En général l’artiste réserve quelque tirages pour son usage personnel, par exemple pour faire un cadeau ou tout simplement pour garder une trace de son oeuvre ; dans ce cas il devra noter en bas de l’estampe « E.A » ce qui signifie « épreuve d’artiste ». Ces exemplaires ne pourront pas être vendus.

 Petite histoire de la gravure en Europe

Les techniques de gravure en relief sont utilisées par les Égyptiens vers 500 avant Jésus-Christ pour imprimer sur du tissu. Une pièce de bois est gravée avec un couteau aiguisé et les parties restantes sont encrées et pressées sur le tissu. La pierre est également utilisée par les artistes en Chine ancienne pour faire des cachets qui servent à signer leurs œuvres.

Vers 100 après Jésus-Christ, les Indiens gravent des textes dans des planches de bois qui donnent au lieu premier livre dont le plus ancien et actuellement connu est Le Sutra de Diamant (868 après Jésus-Christ).

Vers 1310 les croisés rapportent en Europe le secret de la fabrication du papier et la technique d’impression en relief : le premier bois gravé date des années 1375 : c’est le bois Protat , les sujets sont d’inspiration religieuse et les images imprimées servent à évangéliser. Illustrations profanes commencent à partir de 1400 pour illustrer les romans de chevalerie et les styles se différencient d’une région à une autre.

Avec l’apparition de l’imprimerie de Gutenberg (1400 – 1468) textes et images sont alors séparés, les graveurs signent leurs oeuvres et une spécialisation des corporations apparait :textes, dessins et impressions deviennent des étapes exécutées non plus par un seul homme mais par plusieurs. C’est l’époque de Durer, Holbein ou Cranach l’ancien.  Les artistes ne se limitent pas à la gravure sur bois mais utilisent aussi la gravure en creux sur métal pour produire des estampes réunies ensuite et publiées en livret.

Après l’invention de la photographie au XIXème siècle, des procédés de reproduction plus rapides remplacent la gravure. Les artistes investissent alors ce procédé : Gauguin, Van Gogh, Munch, Lautrec, Alechinsky, Tapiès, Klee, Picasso,  pour n’en citer que quelques-uns, ont pratiqué la gravure.

La gravure demande de la patience, le résultat n’est pas immédiat et il faut apprendre à maîtriser la technique qui est assez minutieuse. Mais le fait de devoir prendre son temps et très apaisant. C’est une technique qui offre des possibilités infinies d’expression  malgré ses contraintes.Les peintres et poètes l’apprécient beaucoup car elle permet d’imprimer des beaux petits livres d’artistes, des illustrations de poèmes ou des ex-libris. Personnellement je la pratique autant que la peinture ou le dessin parce que j’aime les forts contrastes de noir et blanc, choisir mon papier, j’aime tous les procédés de mise en œuvre, l’odeur de l’encre, le travail avec l’eau, j’aime la surprise lorsqu’on découvre le tirage imprimé, j’aime les aléas de l’encrage, de l’essuyage et de l’impression. J’aime également me lancer le défi d’utiliser les matériaux de la matrice ( comme la matière du bois ou du cuivre) pour en exploiter les possibilités expressives.

stage de gravure sur cuivre atelier Cécile Orsoni Versailles